Europa, reine de Crète

Boccace De mulieribus claris Traduction Laurent de Premierfait Illustrations Robinet Testard  Français 599, fol. 11v, Enlèvement d Europè BNF

Boccace De mulieribus claris Traduction Laurent de Premierfait Illustrations Robinet Testard Français 599, fol. 11v, Enlèvement d’Europè BNF

 

Il s’agit du neuvième portrait de la galerie des cent-six Cleres et nobles femmes de Boccace. Fille du roi de Phénicie, Agénor, petite file de Poséidon, elle est la soeur du fondateur de Thèbes (ville de Béotie), Cadmos. Sa beauté était telle que Zeus en tomba amoureux sans la voir.

Cette fable est issue des Métamorphoses d”Ovide (Livre II, vers 833 à 875). Laissons parler le poète[i]: “Après s’être ainsi vengé de la jalousie d’Aglauros, Mercure, porté sur ses ailes rapides, abandonne les campagnes que protège Pallas, et remonte au céleste séjour. Jupiter en secret l’appelle, et, sans lui faire connaître l’objet de son nouvel amour : “Mon fils, dit-il, fidèle messager de mes décrets, que rien ne t’arrête ! vole avec ta vitesse ordinaire, et descends dans cette contrée de la terre qui voit, à sa gauche, les Pléiades et que les peuples qui l’habitent appellent Sidonie. Regarde les troupeaux du roi qui paissent l’herbe sur ces montagnes; hâte-toi de les conduire sur les bords de la mer.”

“Il dit : et déjà, chassés dans la plaine, ces troupeaux s’avançaient vers le rivage où la fille du puissant Agénor venait tous les jours, avec les vierges de Tyr, ses compagnes, se livrer à des jeux innocents.

“Amour et majesté vont difficilement ensemble. Le père et le souverain des dieux renonce à la gravité du sceptre; et celui dont un triple foudre arme la main, celui qui d’un mouvement de sa tête ébranle l’univers, prend la forme d’un taureau, se mêle aux troupeaux d’Agénor, et promène sur l’herbe fleurie l’orgueil de sa beauté. Sa blancheur égale celle de la neige que n’a point foulée le pied du voyageur, et que n’a point amollie l’humide et pluvieux Auster. Son col est droit et dégagé. Son fanon, à longs plis, pend avec grâce sur son sein. Ses cornes petites et polies imitent l’éclat des perles les plus pures; et l’on dirait qu’elles sont le riche ouvrage de l’art. Son front n’a rien de menaçant; ses yeux, rien de farouche; et son regard est doux et caressant. La fille d’Agénor l’admire. Il est si beau ! Il ne respire point les combats. Mais, malgré sa douceur, elle n’ose d’abord le toucher. Bientôt rassurée, elle s’approche et lui présente des fleurs. Le dieu jouit; il baise ses mains, et retient avec peine les transports dont il est enflammé.

“Tantôt il joue et bondit sur l’émail des prairies; tantôt il se couche sur un sable doré, qui relève de son corps la blancheur éblouissante. Cependant Europe moins timide, porte sur sa poitrine une main douce et caressante. Elle pare ses cornes de guirlandes de fleurs. Ignorant que c’est un dieu, que c’est un amant qu’elle flatte, elle ose enfin se placer sur son dos.

“Alors le dieu s’éloignant doucement de la terre, et se rapprochant des bords de la mer, bat d’un pied lent et trompeur la première onde du rivage; et bientôt, fendant les flots azurés, il emporte sa proie sur le vaste océan. Europe tremblante regarde le rivage qui fuit; elle attache une main aux cornes du taureau; elle appuie l’autre sur son dos; et sa robe légère flotte abandonnée à l’haleine des vents“.

Zeus va conduire Europè jusqu’en Crète où Zeus retrouve sa forme normale et s’unit à Europè. De cette union naquirent Minos, Rhadamante (qui deviendront tous deux des juges des Enfers) et Sarpedon.  Puis, Zeus marie Europè au roi de Crète, Astérion, sans enfant, qui adopte les trois enfants de Zeus.

 

_______________________

[i] Ovide – Les Métamorphoses – Livre II  Traduction de G.T. Villenave, Paris, 1806

More from my site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *