Médée, reine de Colchide

 

Boccace De mulieribus claris Traduction Laurent de Premierfait Illustrations Robinet Testard  Français 599, fol. 16v, Médée pratiquant la magie BNF

Boccace De mulieribus claris Traduction Laurent de Premierfait Illustrations Robinet Testard Français 599, fol. 16v, Médée pratiquant la magie BNF

Il s’agit du seizième portrait de la galerie des cent-six Cleres et nobles femmes de Boccace, qui aborde ici le mythe de Médée, reine de Colchide. Il s’agit de la suite du mythe d’Hypsipyle raconté sur ce Blog. Médée, reine de Colchide, a fait l’objet d’une tragédie d’Euripide (480-406), composée en 431.

En voici le résumé, d’après le site Bibliotheca Classica Selecta[i] : “Pour protéger leurs amours, Poséidon, dieu de la mer, et Théophanè, une mortelle, se sont métamorphosés en ovins! Théophanè met au monde Chrysomallos, un bélier à toison d’or. L’animal est offert par Hermès ou Héra à Néphélè, épouse de l’infidèle Athamas, roi d’Orchomène en Béotie. Celui-ci veut sacrifier Hellé et Phrixos, la fille et le fils qu’il a eus de Néphélè, pour conjurer la sécheresse qui sévit dans la région. Les deux jeunes gens enfourchent Chrysomallos et prennent la fuite… par la voie des airs. Au cours du voyage, Hellé fait une chute mortelle dans le détroit des actuelles Dardanelles, dénommées dans l’Antiquité Hellespont, c’est à dire mer d’Hellé. Arrivé en Colchide, l’actuelle Géorgie occidentale, Phrixos épouse Chalciopè, une des filles du roi Aeétes, fils lui-même d’Hélios, le dieu Soleil. Le bélier est sacrifié à Zeus et sa précieuse toison est offerte à Aeétes, qui redoutant qu’on la lui dérobe, la fait garder par un dragon.

Les craintes d’Aeétes étaient fondées car un prestigieux équipage de héros, les Argonautes, voguait vers la Colchide pour conquérir la Toison d’or à l’initiative de Jason. Ils se déplaçaient à bord de l’Argo, un prodigieux navire conçu peut-être par Athéna et le premier, semble-t-il, qui fût apte à franchir de vastes étendues maritimes.

Jason est le fils d’Éson, roi d’Iôlcos en Thessalie, lui-même chassé par son propre frère, l’usurpateur Pélias. Lorsque, seul survivant de sa famille décimée par le tyran, Jason lui réclame le trône, Pélias accepte à la condition toutefois que son neveu le mette en possession de la Toison d’ Or. C’est ainsi qu’est organisée, malgré l’opposition d’Hélios, l’expédition des Argonautes. Jason et ses compagnons débarquent en Colchide.

Douée de pouvoirs magiques, Médée est une autre fille d’Aeétes. Tombée amoureuse de Jason, elle imagine un stratagème pour contourner les obstacles que son père impose à l’Argonaute, et pour endormir le dragon gardien de la toison d’or. Jason réussit ainsi à dérober le précieux talisman. Médée, en compagnie de son jeune frère Absyrtos, prend la fuite avec Jason et, pour freiner Aeétes qui les poursuit, tue Absyrtos : elle jette ses membres épars et Aeétes s’attarde pour rassembler tous les morceaux du corps de son fils. Arrivée à Iôlcos avec Jason, Médée, pour le débarrasser de Pélias, va conseiller aux filles de celui-ci, soi-disant pour le rajeunir, de faire cuire l’usurpateur dépecé dans un chaudron! Jason et Médée prennent la fuite pour échapper à la vengeance d’Acaste, fils de Pélias. (…)

Selon la version que suivent Euripide et son prédécesseur Néophron, Médée et Jason arrivent dans la cité-état de Corinthe sur laquelle règne Créon, un homme âgé. Même si Euripide en laisse in fine supposer le contraire, on croirait volontiers que Créon n’a qu’une seule fille, qu’il chérit tout particulièrement. L’auteur ne la cite jamais par son nom. D’autres traditions l’appellent Glaukè, la lumineuse, ce qui prend une connotation sinistre quand on connaît son destin tragique. Elle est désignée aussi par Kreousa, – Creusa en latin, Créuse en français – qui est le féminin de Créon et souligne l’étroitesse du lien entre le père et la fille.

Accueillis à Corinthe, Jason et Médée, couple de princes déchus, s’y intallent. Ils élèvent Phérès et Merméros, leurs deux fils qui y sont probablement nés. Toujours aussi amoureuse de Jason, Médée s’adapte fort bien à la Grèce, même si elle garde la nostalgie de sa terre natale barbare et l’orgueil de sa divine ascendance. Sa réputation de femme instruite et de guérisseuse grandit et sa célébrité s’étend au-delà de Corinthe. On devine le couple en relation avec Créon et d’autres rois de la région.

Quelques années ont passé, dix peut-être, et Glaukè est en âge de se marier. L’ambition de Jason est intacte. Il ne s’accommode guère de cette vie d’exilé sans avenir et se sent éclipsé par l’éclat de Médée, à qui il doit certes d’avoir été sauvé deux fois de justesse mais aussi d’être condamné à cet exil.

Ainsi se noue la crise tragique.

Jason a répudié Médée et épousé la princesse royale. Euripide n’est pas explicite sur les raisons du consentement de Créon. D’autre part, au cours de l’action, Jason n’exprime guère d’affection pour sa jeune épouse, sans cacher son intérêt d’entrer dans sa famille. Quoi qu’il en soit, cette situation a précipité Médée, blessée au plus profond d’elle-même et noyée de chagrin, dans un état d’abattement complet, où perce néanmoins un désir de vengeance exprimé par des pulsions de mort, comme le révèle le début de la tragédie. Toutefois Médée sort de la crise, malgré la sentence d’exil dont Créon la frappe ainsi que ses fils. Obtenant de différer d’un jour son départ, Médée ourdit des projets meurtriers de vengeance à l’encontre de Jason, de sa nouvelle épouse et de Créon. La protection inespérée et inconditionnelle que lui accorde Egée, roi d’Athènes, la fait évoluer de manière perverse dans ses desseins. Plutôt que de tuer Jason, elle préfère lui enlever toute raison de vivre. Ainsi, sous prétexte d’exempter ses enfants de l’exil, elle les charge après une feinte réconciliation avec Jason, d’offrir une magnifique parure – enduite de poison! – à la jeune mariée. Celle-ci, charmée, la revêt immédiatement et meurt dans d’atroces souffrances, tout comme Créon qui tente en vain de la sauver. Médée, tout en étant tiraillée par l’amour maternel, tue ses deux enfants en avançant comme justification de les faire échapper à la vindicte des Corinthiens. Au moment où Jason découvre ce double meurtre, Médée du haut d’un char aérien qu’Hélios lui a envoyé, nargue cruellement Jason en lui refusant notamment de rendre tout hommage funèbre à ses deux fils. Jason s’écroule tandis que le char emporte Médée vers Athènes.

Même si la conclusion du coryphée insiste sur la capacité des dieux à faire se produire ce qui est inattendu, on peut s’interroger sur la relative impunité de Médée, même si on sait que, une fois sa vengeance accomplie, elle demeure marquée par la conscience et le remords de son double infanticide. À Athènes elle donnera à Égée un fils, Médos, qui sera roi des Mèdes. Égée sensible aux critiques que suscite la présence à ses côtés d’une Barbare à la réputation sulfureuse, qu’on accuse aussi d’une tentative d’empoisonnement de son fils Thésée, la chassera à son tour. Elle finira sa vie en Colchide. Selon la tradition, Jason meurt écrasé par la poupe de l’Argo, sous laquelle il se reposait“.

 

 

 

 

 

___________________

[i] Bibliotheca Classica Selecta Tragédie de Médée d’Euripide

 

 

More from my site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *